Trump à la Maison Blanche, oui mais…

trump
Crédits : Steve Pope / Getty

« Pour être honnête, je ne pense qu’aucun de nous n’a envie d’en parler ». Voilà ce que m’a répondu Katie, une étudiante américaine. La phrase est courte, mais lourde de sens. La sentence est tombée, c’est comme si le monde s’était écroulé. Mardi soir, alors que je suivais l’édition spéciale sur BFM TV, Conall, un autre étudiant américain, m’a lancé « Je ne vais pas suivre ça toute la nuit, mais je pense que Clinton va passer »« Bien-sûr, je pense aussi » lui avais-je répondu. Tous les deux, nous étions confiants, aucune once de crainte dans les yeux, ni dans la voix. Mais au réveil, tout avait changé.

Donald Trump a été élu 

Trump est désormais le 45ème Président des Etats-Unis. Dernière étape à venir, le vote des grands électeurs. Le candidat républicain en a remporté 290, contre 228 pour Hillary Clinton, la candidate démocrate. La tradition voulant que ces derniers votes pour leur candidat respectif, il est très peu probable qu’il ne remporte pas cette dernière épreuve. Nous avons tous, le peuple américain comme le reste du monde, du mal à y croire. Mais après le choc de l’élection doit venir la réflexion. A partir d’un article de Slate.fr, petit tour des mesure qu’il a annoncé dans son programme.

Concrètement, qu’a t-il l’intention de faire ? 

Sur le plan national, la plus connue, celle du mûr : bâtir un mur de séparation entre les Etats-Unis et le Mexique dans le but de réduire le flux d’immigration. Une construction financée par les Mexicains, s’il vous plait ! Autre mesure, placer à la Cour Suprême des juges favorables à l’avortement et au port d’arme. Ou encore, supprimer le programme Obamacare (qui permettait à une partie de la population jusque-là non-assurée de bénéficier d’une protection sociale)…. Autant de mesures coup-de-poing, en parfaite cohésion avec le personnage. Sur le plan international, notamment la Syrie, on ne pourra plus compter sur les Etats-Unis pour tenir tête à la Russie, puisque Mr Trump encourage les actions de Mr Poutine. La lutte contre l’Etat Islamique sera sa priorité. Il prévoit également une renégociation de l’accord nucléaire iranien, qui avait récemment permis une meilleure entente entre les deux pays. (Sources : PolitifactPoliticoMediapart)

Des mesures réellement applicables ? 

Au delà du caractère affolant de ces initiatives, la réelle question est de savoir si elles sont réellement applicables. Sur le plan économique, selon un article du monde.fr, Donald Trump veut privilégier les candidats nationaux à l’embauche, ce qui représente une discrimination raciale. C’était sans compter sur le Civil Right Act, voté en 1964 afin d’éviter ces schémas d’action. Mr Trump, pour ce genre de mesures, il faudra amender la Constitution, soit passer à un nouveau vote, pour donner lieu à un accord qui devra être ratifié par les 3/4 des Etats américains. Bon courage. Autre initiative qui créée polémique, celle qui concerne l’accord de la COP 21. Accord qu’il ne porte pas dans son coeur, lui qui nie le réchauffement climatique. Le républicain a clairement indiqué son intention d’annuler la participation de son pays à l’accord pour réduire les émissions. Sur le huffingtonpost.fr, on comprend que, encore une fois, tout n’est pas si facile. Il faut trois ans avant de contester le traité, et un an avant que cela devienne effectif. Manque de peau, les mandats présidentiels américains ne durent que 4 ans… S’il persévère, il peut tout aussi bien décider de quitter la Convention-cadre de l’ONU sur les changements climatiques. Mais aucun pays n’a encore jamais fait une chose pareille.

Mai 2017, allez voter ! 

Mais après l’élection de Donald Trump, tout peut arriver non ? Aux Etats-Unis, et même dans le Monde ? 46% d’abstention de la part du peuple américain, et voilà le résultat. Un résultat à nuancer, puisque ce taux s’inscrit dans la moyenne des élections des années 2000 (selon LaLibre.be). Quoi qu’il en soit, ce chiffre prouve bien que près de la moitié des Américains n’ont pas été voté. Des votes perdus, qui auraient, peut-être, changé les choses. Marine Le Pen, candidate du Front National, jouant toujours sa carte du parti anti-système, jubile déjà. « Les Américains se sont donnés le président qu’ils ont choisi, et non celui qu’un système installé voulait leur faire valider » a-t-elle déclaré après l’annonce des résultats. 20% de la population française ne s’est pas mobilisée pour le premier tour de l’élection présidentielle de 2012. Quel  sera le prochain pays sur la liste, celle des nations dirigées par des populistes ? Citoyens français, en mai 2017, sortez de chez-vous et allez voter. Voter est un droit, un précieux droit, ne le gaspillez pas.

Mélina FRITSCH

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s