La soirée élection Miss France, cet imbroglio

x464x261_maxnewsspecial009508.jpg.pagespeed.ic.wo8LBgrGlr

Ah, décembre. La neige qui recouvre les toitures des maisons, les températures qui descendent et qui givrent nos pares-brises… (pour les flocons cette année, on repassera) Les chocolats chauds, les festivités qui approchent, les montagnes de cadeaux pour Noël, et les montages de bouteilles de champ’ pour le nouvel an. Ca ne fait aucun doute, on l’aime ce mois de décembre. Et quoi de plus merveilleux pour affronter ces températures ,qui auraient dû chuter, que la soirée de l’élection de Miss France. C’est le rendez-vous de début décembre, pour les princesses en devenir, pour les mecs qui veulent mâter des nanas en maillot de bain à la télévision, ou tout simplement pour les files qui, jalouses ou pas, ont hâte de critiquer les candidates.

Plaid sur les genoux, petits gâteaux sur la table basse, et thé à la main, nous aussi on a regardé Miss France. Cette année, c’était au Zenith de Lille, à la maison quoi ! Fallait pas rater ça. Outre un jury très hétéroclite, il n’y avait pas que ça pour attiser notre esprit critique dans la soirée Miss France de TF1. « Les miss sont là ce soir pour vous offrir le plus beau des spectacles » a annoncé J.P Pernaut sur plateau. Et qui dit spectacle, dit émotions plutôt que raison. Pernaut ne s’attendait donc pas à ce qu’on fasse chauffer nos méninges ce soir-là. Malheureusement, on n’a pas pu s’en empêcher. Et à y regarder de plus près, la soirée Miss France s’est révélée être quelque chose de très confus.

“All about that bass” alors que leurs tailles n’excèdent pas le 38

La musique. Doit-il y avoir une quelconque cohérence entre le son et l’image ? Au début, tout se passe pour le mieux. Les prétendantes au titre se trémoussent en rythme sur « Diamonds are a girl bestfriend » de Marilyn Monroe. Chanson dans laquelle on peut entendre « The French are glad to die for love, but I prefer a man who lives and gives expensive jewels ». Quoi ? Ca vous étonne ? On sait bien que l’élection Miss France a son côté très bling bling, la liste de cadeaux de l’élue ne sera pas là pour le contredire. Jean Pierre Perrault fait son entrée. Mais, la chanson suivante fait hic. C’est Christine and The Queens, la chanteuse qui ne veut pas rentrer dans les cases. Dans un article des Inrockuptibles de mars, on pouvait lire que certains de ces tubes étaient dédiés à toutes les filles qui ont du mal avec le modèle de la femme parfaite. En finir avec le modèle de la femme parfaite ? Ca colle toujours là, selon vous ? Mais le pire reste à venir. C’est au tour de Meghan Trainor, avec son tube « All about that bass » de rythmer le pas des jeunes filles. « My mama, she told me don’t worry about your size » A en croire la silhouette des filles, pas sûre que ce soit le cas pour ce concours, où ne sont présentes sur le podium que des femmes dont la taille des jeans n’excède pas le 38. « If you got beauty just raise them up, cause every inch of you is perfect from the bottom to the top » chante fièrement l’artiste. Une idée qui n’a, visiblement, pas sa place sur scène.

Quelle vision de la femme, celle qui représentera la France sur la scène internationale ? 

Les passages à thèmes. Doit-il aussi y avoir une cohérence entre ces derniers et le rôle à l’international de l’heureuse élue ?  Crée en 1920, sous le titre de « la plus belle femme de France », on peut dire que de l’eau a coulé sous le moulin depuis. Certes Miss France se doit toujours d’être présentable, pour répondre à son rôle de représentation du pays à l’international. Mais dans leurs discours, les jeunes femmes d’aujourd’hui disent toutes vouloir faire passer un message, vouloir accomplir de grandes choses pour l’humanité… Mais comme a chaque fois, on avait plutôt l’impression que ce qui ferait briller l’heureuse élue à l’internationale, ce serait surtout sa plastique. On saute d’un thème à un autre, sans réelle cohérence. Notamment du passage des miss en super héroïne, à ceux où elles promener leurs petits chiens. Là, on se demande : que doit-on attendre de cette Miss France ? Une jolie femme, toute pomponnée, qui fera la cuisine et s’occupera de nettoyer la maison ? Que fait-on des revendications des miss (quoique très « monde des bisounours »), à savoir, accomplir de grandes choses dans le Monde ? Ou peut être la fondation a-t-elle plus en tête, une conception de la femme plus proche de celle du Front National ? Autrement dit, une femme qui resterait au foyer, pour libérer des postes pour les hommes et assurer une meilleure éducation aux enfants ? Dixit l’eurodéputé FN Dominique Martin.

Une mise en scène à changer car obsolète 

Pratiquement un siècle s’est écoulé depuis la création du concours… Alors si la fondation entend, « représenter la femme française comme il se doit », tel que l’a si joliment dit Miss Guadeloupe, il faudrait qu’elle se décide à faire ses adieux à cette mise en scène obsolète (qui nous présente une brochette de miss comme des parfaites futures femmes au foyer) pour la troquer, contre une, qui serait enfin en accord avec notre société actuelle. Car les dernières Miss France semblent se démarquer des précédentes, en ayant de vraies ambitions, un avenir après le concours. Comme la gagnante nordiste de cette année, Iris Mittenaere, qui veut poursuivre ses études de dentiste, un métier qui la « passionne ».

Mélina Fritsch

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s