Quand le réveil de la force frappe trop fort 

2000px-Star_Wars_Logo
Enter a caption

A l’UGC de Lille, les jeunes et plus vieux padawans ont dû quitté la salle plus tôt que prévu. Tout y était pourtant. Plus aucun siège de libre. Un public qui retenait son souffle. Des places à 13€50 (c’était le film de l’année, sinon de la décennie, quand même). Des sabres lasers couleurs fluorescentes et des masques Dark Vador. Une même mobilisation, aux allures de carnaval, qu’on a retrouvé dans de nombreux cinémas sur le territoire national, pour la sortie du tout nouvel épisode de Star Wars : le réveil de la force. C’était un tableau presque parfait…
Au bout d’environ 20 min, un imprévu, qui sera fatal. Le son s’arrête, mais l’image continue. «C’était horrible, les images continuaient… on était spoilé en direct ! » témoigne Aicha. Les spectateurs étaient comme impuissants, devant une situation qui s’est révélée être un cauchemar. «Les gens commençaient à s’agiter et à crier.»  continue la jeune fille. Un vent de panique dans la salle, où balancer du côté obscur n’a pas été source de pouvoir.  « C’est dommage, le suspens était à son comble » ajoute-elle, l’air dégouté. Les plus courageux sont restés, espérant que le son allait revenir. « Ils nous ont dit que c’était un problème de câble, et qu’ils allaient le réparer ». Mais quelques instants plus tard, la salle a finalement été évacuée. En guise d’excuse, l’UGC a fourni à ses spectateurs un petit support en carton spécial incident technique. « Ils se proposent de nous rembourser la place, ou de nous offrir une autre entrée pour la séance de notre choix ». Un compromis qui n’a pas l’air de la réjouir.

Selon le Parisien, « Star Wars : le réveil de la force » a réalisé mercredi, rendez-vous hebdomadaire des cinéphiles, le deuxième meilleur démarrage de l’année au box office en France, « avec plus de 600 000 entrées sur la journée », dépassant ainsi « Spectre », le nouveau James Bond. C’est vrai qu’il relevait du défi que de passer à côté de la sortie du 7ème opus de la saga. Rien qu’en allumant la télévision par exemple. BFM TV, avait équipé ses journalistes de plateau de sabres lasers et de masques du célèbre personnage à l’origine du fameux « je suis ton père ». En allant chez le marchand de journaux, on retrouvait aussi Star Wars en une de Libération, titrant « Star Wars système », laissant quand même une petite place sur le côté à Sep Blatter, pour la suite du feuilleton FIFA. Même discours pour le Figaro Magazine ou encore Philosophie Magazine. Cependant, d’autres journaux, comme le Monde, ont préféré se la joué dissident. Ce dernier a préféré consacré sa une à des sujets moins juteux,  en effet, on y pouvait voir des ébauches d’articles sur Hollande ou encore Merkel. Le Monde a d’ailleurs publié un article pour justifier cette absence d’article sur le nouvel opus, évoquant une censure émanant de Disney.  Mais c’est évidemment sur les réseaux sociaux que les références à la sortie de l’année ont été les plus importantes. Le fondateur de Facebook a notamment posté une photo de sa fille, déguiseé en tenue de Padawan, avec à ses côtés Chew­bacca, et des jouets aux effi­gies de Dark Vador et BB8, le droïde star du dernier opus. Pour ceux qui n’étaient pas dans le coup, Le Monde avait récemment publié une vidéo intitulée « En 10 minutes, Star Wars tu comprendras ».

Côté fans, nous sommes face à deux écoles. Après avoir patienté 30 ans depuis l’épisode 6, il y a ceux qui adorent sans retenue, et ceux qui émettent tout de même quelques réserves. C’est le cas de Bastien, qui a vu le film à St Quentin, en Pircardie. «La réalisation, les décors et les effets spéciaux sont sublimes, les nouveaux personnages attachants, et l’histoire colle bien avec la fin du retour du Jedi .» Mais certains détails ne passent pas. «Le suprême leader snoke fait un peu trop seigneur des anneaux à mon goût. Et le commandant Hux n’a aucune virilité, ce qui est dommage pour un commandant …». Et la liste continue. « Mes deux plus gros regrets sont les musiques de John Williams, qui manquent légèrement de peps, tout comme les anciens personnages, qui manquent de vitalité. » Une première impression qui n’empêchera pas Bastien d’aller le revoir au cinéma, car, et il terminera sur ces mots «c’est quand même un excellent film ».

Mélina Fritsch

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s