Régionales : à Lille, Marine Le Pen privilégie le clash national à la région

le pen
Marine Le Pen voit beaucoup plus grand, il n’y a plus aucun doute
La présidente du Front National avait-t-elle oublié ce pour quoi elle était là avant-hier ? De surcroit à Lille, capitale de la grande région où elle est censée faire campagne. Censée, car à l’entendre, elle n’avait en tête que les présidentielles. Au détriment des élections régionales, dont le premier tour se déroulera dimanche, qui sont relayées au second plan, voir plus bas encore. Alors oui, certes tout y était. La musique, particulière, qu’on ne saurait trop qualifier : bretonne, ambiance les Visiteurs, ou de l’époque des croisades ? Mais qui se voulait sans doute du terroir, comme on dit. Les drapeaux également. Présents avec la foule de 1 200 personnes (selon les chiffres de la Voix du Nord), et sur la scène, en guise de décoration. Histoire de s’assurer qu’elle est bien là pour la région, même si son discours voit beaucoup plus grand.

 

En meeting régional, elle joue sur ses punchlines contre le gouvernement 

Pour s’échauffer, Marine, elle charge. « Nous allons dire des choses ce soir, désagréables aux oreilles du pouvoir. » Elle est forte dans ce domaine, on le sait bien, et c’est pour ça qu’on aime l’écouter. Elle clash, comme dans le rap. On commence tout d’abord avec François Hollande, parce que bon, c’est le président quand même. «On nous a menti sur toute la ligne, bien sûr aujourd’hui nous voyons un président l’air martial, droit comme un parapluie, multipliant les propos vengeurs contre Daesh.» Il y en a aussi pour le Premier Ministre. Pas de favoritisme, sinon ce serait contre les valeurs de la République. «Nous voyons le premier ministre, VRP de l’indignation permanente dans son exercice favori de coups de menton médiatiques et des emportements d’assemblée.» Elle est tellement généreuse cette Marine qu’elle en donne aussi à Bernard Cazeneuve, ah quelle philanthrope ! «Il croit apparaitre comme un homme sérieux et efficace lorsqu’il annonce fièrement que les contrôles aux frontières auraient permis, en 15 jours, de refouler 1000 personnes présentant un danger pour la sécurité. Ce chiffre ne fait que mettre en lumière, s’il en étaient encore besoin, sa triste incompétence. Lui qui déclarait sur RTL le 14 septembre que le rétablissement des contrôles au frontières du pays était stupide.» Il ne faudrait pas laisser de coté l’ex chef de l’Etat, Nicolas Sarkozy, qui lui aussi a le droit à sa petite remarque. «Un chef de parti, ancien chef de l’Etat, a dit osé regretté plusieurs décennies derrière lui. A-t-il oublié que sa famille politique cogère le pays depuis 40 ans et que lui même, comme ministre de l’intérieur ou président de la République, avait exercé le pouvoir pendant une décennie ? Une décennie effectivement, perdue. » Une fois l’échauffement terminé, on se dit qu’on va parler de la région, ça s’annonce bien, Marine attaque avec les mesures que veut prendre son parti.

 

La présidente du FN a tout de même évoqué des mesures, nationales…

C’est donc gentiment après avoir critiqué le pouvoir en place, ou même celui qui n’est plus en place, que la présidente du Front National décide de mettre en avant son parti, enfin. Mince, encore une fois, la portée de ces propos, à savoir local ou plutôt national, est ambiguë. Parmi les mesures phares du parti : la volonté de s’écarter des institutions européennes. «Le cadre européen doit être renégocié, à commencer par le traiter de Schengen pour un retour de nos frontières nationales.» Ou encore un renforcement du système carcéral «Les lois et les des peines doivent retrouver une valeur et donc des applications effectives, tout particulièrement en matière de terrorisme. Notre système carcéral doit être repensé.» Sans oublier, bien sûr, l’accueil des étrangers : «L’immigration et les naturalisations doivent faire l’objet d’un moratoire immédiat, en attendant la réforme du code de la nationalité.» Et pour «ces territoires perdus de la république, les zones de non droit, les jungles, les cités, pris en otage par les mafias», Marine y répond par une reprise de l’autorité par l’Etat républicain. Faux espoir, ces mesures ne touchent pas la grande région, mais plutôt le territoire nationale. Il faudrait lui rappeler à Marine, que ce soir, c’est pour les régionales qu’elle est là, pas les présidentielles, dont les élections ont lieu en 2017.

 

Mais celles concernant la région sont arrivées trop tardivement. 

Jusqu’ici, toujours pas de mot sur la région. Il aura finalement fallu attendre la 25ème minute, sur les 40 pour en venir à ce pourquoi la potentielle (future) chef de région, et non de l’Etat, était là avant-hier. «C’est un grand défi, mais c’est aussi un immense atout. Face à chaque situation l’exécutif aura le choix entre plusieurs solutions : celle du NPDC, celle de la Picardie ou la synthèse des deux. J’en ajouterais une autre : la mise en place d’une solution nouvelle.» Nous y sommes, les 1 200 personnes qui ont fait le déplacement ce soir, vont enfin entendre les mesures qui les intéressent, préoccupation première avant le premier tour de dimanche. Tout d’abord la fiscalité, soit le seul objectif chiffré du parti, l’idée est de «faire de la région, à l’issue du mandat, l’une des moins imposées de France». Elle continue avec la sécurité, décision qui sera lourde de conséquences, en raison des 5 000 migrants qui s’amassent dans la Jungle de Calais dans des conditions déplorables. «Le retour à l’ordre public à Calais, en exigeant de l’Etat l’application des lois républicaines. La sécurisation des transports, avec la création d’une police régionale composée de fonctionnaires d’Etat.» En matière d’économie, Mme Le Pen entend changer l’avenir de la région. «Favoriser notre façade maritime pour que cette ouverture sur le monde profite à l’activité de l’arrière pays et de la région toute entière. A cette fin nous créerons une université des métiers de la mer, et accompagnerons des solutions d’intermodalité autour des transports fluviaux.» Elle finira  son discours sur les métiers d’art, qui occupent selon elle une place prometteuse dans la région. «Nous ferons de la région, la région phare des métiers d’art. Par le soutien a l’activité, à la recherche industrielle, qui sera complété avec des appuis des entreprises à l’export et une création de pépinières d’artistes qui seront des lieux de vies et de rayonnement culturel pour les créateurs de la région.» A la fin du meeting, après un lever de drapeaux et l’entonnement fier de la marseillaise, Marine Le Pen est vite éclipsée. Sur la scène, vide, on a pu lire sur un écran rétro projeté «les gens du Nord j’adore». Un ultime message de Marine, sans doute pour faire bonne figure.

Mélina Fritsch

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s